Lelabodart.com
Lelabodart.com

Cours pratique et théorie, enseignement de spécialité, Période avril/mai/juin 2020

Bonjour,

Chaque semaine vous devez me rendre un travail soit directement dans moodle (préférable), soit rédiger sur word ou odt et me l'envoyer par mail sur sophiemartinez06@gmail.com

Les cours sont sur moodle mais aussi sur votre site collaboratif atrium ou sur lelabodart.com

Les cours sont aussi sous l’onglet confinement de votre site atrium

En ce qui concerne les vidéos, pour me faciliter la tache il serait préférable de me les envoyer via watsapp

Petit conseil: pour répondre aux questionnaires travaillez sur word ou odt puis copier/coller dans moodle (cela évitera de perdre votre travail si moodle ne fonctionne pas correctement)

 

Mardi 28 avril : moodle questions divers à l’oral

Vendredi 01 mai : cours sur Pina Bausch ses procédés de composition

 

Mardi 05 mai : créer sa déambulation

Vendredi 08 mai : Les rêves dansant analyse

 

Mardi 12 mai : appliquer le procédé de composition répétition

Vendredi 15 mai : Café Muller analyse

 

Mardi 19 mai : appliquer le procédé de composition transposition

Vendredi 22 mai : Pina Wim Wenders analyse

 

Mardi 26 mai : appliquer le procédé de composition détournement de l’objet

Vendredi 29 mai : Le sacre du printemps de Pina Bausch analyse

 

Mardi 02 juin : Mon sacre du printemps en référence à Pina Bausch

Vendredi 05 juin : le sacre du printemps de Béjart analyse

 

Mardi 09 juin : Mon sacre du printemps en référence à Béjart

Vendredi 12 juin : comparaison des sacres sujet de dissertation à partir de l’article

 

Mardi 28 avril : moodle questions divers à l’oral

 

Comment définissez-vous la danse ?
Connaissez-vous différents styles de danse ?Pouvez-vous illustrer ?
Connaissez-vous des termes techniques en danse ?
Lesquels ?Comment peut-on s’échauffer en danse ?
Quels sont les différents rôles en danse ?
Qu’est-ce qu’une composition ?
Qu’est-ce qu’une émotion ?
Comment peut on traduire une émotion par le mouvement? donnez des exemples
Qu’est-ce qu’une interprétation ?
Quelles sont les composantes du mouvement ?
Quels sont les procédés de composition ?
Quel est le rôle de la respiration ?
Quelle est l’importance  de l’énergie dans une prestation ?
Quelle est l’importance et la signification du rapport au sol ?
Quelles sont les qualités que vous jugez importantes chez un danseur ?
Peut-on mélanger différentes formes artistiques en spectacle vivant ?
Donnez un exemple.Qu’est-ce que l’art ?
Qu’est-ce que l’esthétique ?
La part du beau en danse.
Voyez-vous des relations entre la danse et la philosophie ? Donnez des exemples
 

 

 

PINA BAUSCH

 

- BIOGRAPHIE : 1940 - 2009

Elle a « grandi dans un bistrot », où elle passait son temps sous les tables à observer les gens, une activité qu'elle qualifie de « belle et captivante » Enfant elle danse dans des petits spectacles pour enfants et des opérettes.

Elle commence sa formation à 14 ans à l’école d'Essen, berceau de la danse-théâtre, dirigée par Kurt Jooss

En 1958, à 18 ans elle obtient son diplôme de danse de scène et pédagogie de la danse avec mention et obtient une bourse pour partir étudier à la prestigieuse Juilliard School à New York.

Elle est embauchée par le Metropolitan Opera de New York et rejoint le New American Ballet.

En 1962, elle est rappelée par Jooss en Allemagne pour être soliste du Folkwang-Ballett et devenir son assistante

En1968, elle se met à la chorégraphie et succède à Jooss en 1969 à la direction de l’école d ‘Essen jusqu'en 1973

En 1973, prend la direction de la troupe Wuppertaler Bühnen avec une grande marge de manœuvre pour créer

En 1972 elle rencontre Dominique Mercy aux États-Unis, et lui confie alors les rôles principaux.

En 1976 elle rompt complètement avec les formes conventionnelles et expérimente de nouvelles formes de cet art.

Elle introduit le concept de danse-théâtre ou Tanztheater sur la scène allemande et internationale, provoquant à ses débuts de nombreuses critiques

En 1979, elle est invitée au Théâtre de la Ville à Paris qui deviendra une de ses scènes de prédilection, où elle a présenté plus de trente spectacles, dont de nombreuses créations mondiales.

De 83 à 89 elle reprend la direction de l’école d’Essen

Jusqu'au milieu des années 1980, le Tanztheater Wuppertal est le fleuron du ballet allemand, et une des compagnies allemandes les plus demandées au niveau international. Il reste toujours une référence aujourd'hui

Elle meurt le 30 juin 2009 à l'âge de 68 ans, cinq jours après avoir appris qu'elle souffrait d'un cancer généralisé.

Le centre artistique de la danse de Wuppertal porte son nom (Tanztheater Pina Bausch).

 

- MAÎTRES, ECOLE, FILIATION

En Allemagne, elle commence à 14 ans à la Folkwang-Hochschule d'Essen, dirigée par Kurt Jooss

A 19 ans elle part étudier aux USA avec :

- José Limon qui a été élève de Doris Humphrey et Charles Weidman.

- Antony Tudor qui a été élève de Martha Graham, Doris Humphrey et Charles Weidman et qui travaille aussi dans les compagnies de Merce Cunningham, George Balanchine

 

- QUELQUES OEUVRES de 1974 jusqu’en 2009: 35 ans de créations avec parfois plus d’une pièce par an

  • 1980 Bandonéon
  • 1982 Walzer - Valses
  • 1982 Nelken - Les Œillets
  • 2000 Kontakthof pour des 65 ans et plus
  • 2006 Vollmond
  • 2008 Kontakthof pour adolescents de 14 ans et plus -

 

- COLLABORATIONS ARTISTIQUES: LIENS AVEC D’AUTRES ARTISTES

Son scénographe R. Borzik la suit depuis le début et dessine le “look Pina”. A sa mort en 1980 il sera remplacé par Peter Pabst.

 

- PRINCIPES DE TRAVAIL

Le vocabulaire gestuel est construit à partir du quotidien des danseurs (corps, gestes, paroles) perfectionné, transposé, détourné, voire détruit, toujours stylisé. Elle part donc de l’improvisation avec des questions qu’elle se pose et qu’elle pose à ses danseurs. Avec leurs réponses multiples qui alient actions, mots, chants, ou séquences de mouvements, émerge des oeuvres dont elle seule à la clef: Anne Martin nous a parlé du “magma intérieur” de Pina. Ensuite dans le spectacle il n’y a jamais d’improvisation. Sa méthode d’introspection avec ses danseurs ne va pas toujours sans mal: après “Barbe Bleue” les danseurs se sont révoltés et elle a du reconstituer son équipe

Les procédés:

- le procédé répétitif organisé autour du crescendo ­ decrescendo, de la multiplication

- le procédé de collage ­ montage :

. collage : par juxtaposition de matériaux hétérogènes sans continuité (séquences gestuelles, vocales et musicales, groupements de danseurs), accolés par contraste ou proximité, sans cohérence préalable

. montage : déplacement ou fragmentation des modules, d'un lieu de l'œuvre à un autre.

Elle jour aussi bien sur l’effet de nombre comme par exemple dans les déambulations et défilés, que sur les individualités avec des moments de solos

Une recherche scénographique : très élaborée et généralement particulièrement spectaculaire (montagne de fleurs, champs d'œillets, parois végétales, bateau, rochers massifs, rivières et cataractes d'eau...) À cela s'associent les longues robes soyeuses et colorées des danseuses et les stricts costumes deux-pièces ou chemises flottantes des hommes, pour les costumes créés par Marion Cito qui participent de la signature de la chorégraphe.

Ses pièces sont également marquées par l’utilisation de musiques très variées dont des musiques du monde.

 

- SOURCES D’INSPIRATION POINT DE DEPART DE SON TRAVAIL:

La complexité psychologique: Enfance, identité, souvenir, désir, relations hommes femmes, incommunicabilité, incapacité de l’homme à évoluer, bloqué dans son histoire (enfance) ou dans l’Histoire (année 50)

Histoires de couples entre trahison et passion

Le malaise d’une conscience tourmentée, apeurée en quête d’expiation, la fragilité

La peur est sa plus fidèle compagne: peur d’elle même, de ses limites, conscience de la peur des autres

Le caractère dérisoire de certains comportements codifiés, la violence profonde de cerains gestes anodins

Les oeuvres de ses débuts sont très macabres (violence, viols etc) puis s’adoucissent un peu pour s’orienter vers plus de dérision et d’humour

 

- OEUVRE ETUDIÉE AU PROGRAMME Walzer 1982 durée 4 heures

Sujet: remise en cause de la société, évocation des horreurs des guerres (Visible dans le spectacle mais peu visible dans la vidéo sauf dans la scène du tue mouche et quand les hommes poursuivent les femmes jusqu’à ce qu’elles tombent au sol et ensuite les trainent au sol pour les aligner

La limite scène salle n’est pas nette les danseurs vont et viennent allant parfois s’asseoir dans les premiers sièges

Elle y exploite une gestuelle des danseurs sans rapport avec les multiples musique de valses uilisées (viennoise, musette, tziganes) On ne danse jamais la valse dans Walzer

Elle travaille en “stück” (pièces, cellules qui sont collées entre elles): chacun vient raconter son histoire

Les personnages sont tous solistes provisoires, transitoires: ils naissent pour un sketch et retourent à la communauté, souvent dans des actions contradictoires

une femme mange une pomme la recrache avant de la manger à nouveau à la fourchette,

une autre en éplingle une contre un mur comme un papillon (robe et cheveux cloués au mur de dos)

une autre se maquille et se coiffe longuement devant une glace avant d’aller se coucher en pluerant

une autre allongée au sol les jambes contre le mur, dos au public boit du vin et fume tout en interpellant 6 fois le public

une autre apporte une grande et lourde table en criant au public “je n’ai pas besoin de votre aide”,

une autre fait des roues enchainées tout autour de la scène, enveloppée de voiles…etc.

Utilisation de bruitages faits par les danseurs: une femme fait tourner un sifflet, une autre gonfle un ballon à l’extrême puis le lâche en hurlant, Une crie quand une autre se jette en av du haut des épaules d’un garçon

Les mots dits par les danseurs ne sont pas toujours en rapport avec les gestes, s’approchant ainsi du théâtre de l’absurde, ils sont répétés sur plusieurs tons souvent jusqu’au cri

Cette pièce traite souvent d’agressions: homme/ femme, homme/ homme

La répétition monte jusqu’à l’exaspération extrême

 

- SPECTACLES VUS AVEC LE LYCEE:

Film “Les rêves dansants” reprise de Kontaktok avec des adolescents

“Café Muller” et “Le sacre du printemps” à Monaco

 

- EXTRAITS VIDEOS VUS EN COURS:

Vidéo montage de 55 mn où la pièce n’est pas dans l’ordre et ou on ne voit pas tout. On ne voit pas forcément par exemple le rapport avec une critique de la guerre

 

- COMMENTAIRES, CRITIQUES, HERITAGE:

- Isabelle Ginot (livre vert)

“Pina Bausch est mondialement connue elle a bouleversé non seulement le monde de la danse mais aussi celui du théâtre”

“La forme qu’invente Pina est une véritable subversion du théâtre au moyen de la danse”

“ses spectacles tiennent à la fois de la revue, de l’opérette, et du happening”

- Agnés Izrine dans “la danse dans tout ses états” dit:

“ Si Cunningham a provoqué une révolution copernicienne dans la danse, Pina Bausch lui fait subir une véritable implosion”

“Sa danse n’est pas désir de corps idéal, mais acte de donner corps au désir, de redonner vie à une mémoire enfouie”

“Ce n’est personne en particulier mais des danseurs qui se dévoilent, ne représentant qu’eux mêmes mais reflétant l’humanité toute entière”

“ Sa disparition au début de l’été 2009 a provoqué une onde de choc dans le milieu et bien au delà. Une des plus grande artiste de notre temps s’est éteinte” Philippe Noisette

 

A propos du film “PINA” Wim Wenders explique qu’à la mort brutale de Pina ’il a d’abord décidé de tout arrêter

Puis il a décidé de continuer. Les danseurs ont été d’accord. Il dit avoir voulu disparaitre du film au profit du travail de Pina. Il n’a pas voulu expliquer. Il a donné la parole à ses danseurs en leur posant des questions comme Pina le faisait.

 

- CITATIONS de Pina

“On se sent libre quand le corps bouge, quand on s’épuise au plaisir de danser”

“ On voudrait offrir à chacun la possibilité de voir ce qu’il y a de beau dans le réel de nos vies, car cette richesse est partout présente”

Elle dit à Dominique Mercy qui se trouve dans une profonde dépression à la suite de certaines questions posées:

“Ce qu’on cherche c’est pour le détruire. Quand je demande une chose comme celle là, ce que je cherche c’est justement le contraire, il ne faut pas que cela te rende malade, au contraire”

“ Il faut apprendre à être touché par la beauté, par un geste, un souffle pas seulement par ce qui est dit et dans quelle langue, percevoir indépendamment de ce que l’on “sait”. Il faut juger sans connaître”


Rupture et avant garde : le travail de Pina Bausch

Synthèse entre école allemande et école américaine
Une des seules à questionner et à assumer l’héritage du passé entre honneur perdu et culpabilité

Notion de « tanzthéatre »
Ce n’est ni vraiment de la danse, ni vraiment du théâtre

Un rapport au public singulier
Brise l’idée du spectateur voyeur en le forçant à prendre position, à se remettre en mémoire des souvenirs non vécus ; l’étrangeté devient palpable

 

 

 

Casser les codes esthétiques


« Sa danse n’est pas un désir de corps idéal mais un acte de donner corps aux désirs, de redonner vie à une mémoire enfouie, à même la chair de celui qui danse »
Izrine « la danse dans tous ses états »


 

Themes explorés réccurents


Perte vécue par l’homme dans des systèmes sociaux stéréotypés et hypocrites ou même le jeu du pouvoir semble factice
Dénonciation des codes de séduction
Rapports hommes/femmes
Inlassable quête d’amour
Regard très réaliste sur l’humanité


 

Le processus de création


Pina Bausch
« ce n’est pas la manière dont les gens bougent qui m’intéresse, mais ce qui les fait bouger »


Utilisation des éléments autobiographiques des danseurs en les questionnant


Choisit ses danseurs sur leurs qualités humaines, pour ce qu’ils sont dans la vie et leur talent de comédien
« de quoi êtes-vous le plus fier ? » 11’11, 32’25


Notion de Stück: elle charpente ses chorégraphies un peu comme au cinéma

 

 

 

Les procédés de composition


Gestes stéréotypés – détournement des gestes quotidien
Longueur des pièces et des scènes
Accélération
Répétitions
Accumulation
Déambulation
Transposition
Espace intime
Détournement de l’objet


 

ŒUVRES PINA Bausch

 

  • Fritz (création le 5 janvier 1974)
  • Iphigenie auf Tauris - Iphigénie en Tauride de Gluck (création le 21 avril 1974)
  • Zwei Krawatten - Deux cravates (création le 2 juin 1974)
  • Ich bring dich um die Ecke... - Adagio - Fünf Lieder von Gustav Mahler (création le 8 décembre 1974)
  • Orpheus und Eurydike - Orphée et Eurydice de Gluck (création le 23 mai 1975)
  • Frühlingsopfer (Wind von West - Der zweite Frühling) - Le Sacre du printemps (création le 3 décembre 1975)
  • Die sieben Todsünden - Les Sept Péchés capitaux des petits bourgeois (création le 15 juin 1976)
  • Blaubart - Beim Anhören einer Tonbandaufnahme von Béla Bartóks Oper „Herzogs Blaubarts Burg“ - Barbe-Bleue - En écoutant un enregistrement de l'opéra de Béla Bartók (création le 8 janvier 1977)
  • Komm tanz mit mir - Viens danse avec moi (création le 26 mai 1977)
  • Renate wandert aus - Renate s'en va (création le 30 décembre 1977)
  • Er nimmt sie an der Hand und führt sie in das Schloß, die anderen folgen - Il la prend par la main et la conduit au château, les autres suivent (création le 22 avril 1978)
  • Café Müller (création le 20 mai 1978)
  • Kontakthof (création le 9 décembre 1978)
  • Arien (création le 12 mai 1979)
  • Keuschheitslegende - La Légende de la chasteté (création le 4 décembre 1979)
  • 1980 - Ein Stück von Pina Bausch - Une pièce de Pina Bausch (création le 18 mai 1980)
  • Bandoneon (création le 21 décembre 1980)
  • Walzer - Valses (création le 17 juin 1982)
  • Nelken - Les Œillets (création le 30 décembre 1982)
  • Auf dem Gebirge hat man ein Geschrei gehört - Sur la montagne on entendit un hurlement (création le 13 mai 1984)
  • Two Cigarettes in the Dark (création le 31 mars 1985)
  • Viktor (création le 14 mai 1986)
  • Ahnen - Les Ancêtres (création le 21 mars 1987)
  • Die Klage der Kaiserin (Kinofilm) - La Plainte de l'impératrice (film) (sortie en 1989)
  • Palermo, Palermo (création le 17 décembre 1989)
  • Tanzabend II (Madrid) - Soirée de danse II (Madrid) (création le 27 avril 1991)
  • Das Stück mit dem Schiff - La Pièce au bateau (création le 16 janvier 1993)
  • Ein Trauerspiel - Une tragédie (création le 12 février 1994)
  • Danzón (création le 13 mai 1995)
  • Nur Du - Only you - Seulement toi (création le 11 mai 1996)
  • Der Fensterputzer - Le Laveur de vitres (création le 12 février 1997)
  • Masurca Fogo (création le 4 avril 1998)
  • O Dido (création le 10 avril 1999)
  • Kontakthof mit Damen und Herren ab '65 - Kontakthof pour dames et messieurs de 65 ans et plus (création le 25 février 2000)
  • Wiesenland - Terre verte (création le 5 mai 2000)
  • Água (création le 12 mai 2001)
  • Für die Kinder von gestern, heute und morgen - Pour les enfants d'hier, d'aujourd'hui et de demain (création le 25 avril 2002)
  • Nefés (création le 21 mars 2003)
  • Ten Chi (création le 8 mai 2004)
  • Rough Cut (création le 15 avril 2005)
  • Vollmond - La Lune (création le 11 mai 2006)
  • Bamboo Blues - (création le 18 mai 2007)
  • Sweet Mambo - (création le 30 mai 2008)
  • Kontakthof pour adolescents de 14 ans et plus - (création en novembre 2008)
  • ...Como el musguito en la piedra, ay si, si, si... - (création le 12 juin 2009)

 

Mardi 05 mai : créer sa déambulation

 

 

Thème: les relations homme/femme

Construire 5 gestes représentatifs des relations homme/femme 1geste=8 temps

En marchant: enchainer les 5 gestes

 

Vendredi 08 mai : Les rêves dansant analyse

 

 

 


Questionnaire à remplir :

CONTEXTE

Quel est le contexte historique et culturel de la pièce ?

Quels éléments biographiques avez-vous sur l’auteur ?

Quelles indications sur le thème ? le sujet ?

L’ESPACE SCENIQUE

L’espace du spectacle correspond-il à l’espace scénique ?

Est-il global ou morcelé ?

Comment les danseurs occupent-ils l’espace ? (Centré dans un périmètre bien défini ou au contraire appropriation de la totalité de l’espace).

LE DECOR

Que représente le décor ?

Quelles sont les matières utilisées ?

L’espace est-il totalement approprié par le décor ?

Appartient-il à une époque ?

LES COSTUMES

Quelles sont les couleurs dominantes ?

Il y a-t-il des accessoires ?

Font-ils partie intégrante de la scénographie ?

Font-ils partie intégrante de la chorégraphie (aisance des mouvements) ?

LE VOCABULAIRE GESTUEL

Quels rapports y a-t-il entre les interprètes (de force, amicale, amoureux…)

Y a-t-il des contacts ? des regards ?

Vitesse d’exécution des mouvements ?

Flux ?

Mouvements épurés ou non ?

LA LUMIERE

Quelles sont les couleurs dominantes (plutôt chaudes ou froides) ?

Met-elle en évidence le décor ? Les artistes ? Pourquoi ?

Quelles ambiances, le metteur en scène et le chorégraphe ont-ils voulu créer ?

LE SON

Quel genre de musique accompagne la pièce ?

La musique est-elle jouée en direct ?

Est ce une piste sonore enregistrée ?

Une piste originale créée pour les besoins du spectacle ?

En résumé :

Quelles émotions avez-vous ressenti ?

Qu’avez-vous retenu de l’atmosphère générale de la pièce ?

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans ce spectacle ?

 

 

Mardi 12 mai : appliquer le procédé de composition répétition


 

1.Quels sont les éléments prioritaires retenus chez ce chorégraphe ? Donner un exemple dans son œuvre

2.Justifier de votre choix d'espace

3.Justifier vos choix de traitement du temps (support musical, musicalité...)

4.Justifier vos choix dans le traitement du flux

5.Justifier vos choix de formes corporelles : décrire une forme spécifique dans votre réponse

6.Justifier vos choix dans le traitement de l'état de corps

7.Donner un avis sur votre création

Vendredi 15 mai: Café Muller Analyse

 

 

 

Mardi 19 mai : appliquer le procédé de composition transposition

 

 

1.Quels sont les éléments prioritaires retenus chez ce chorégraphe ? Donner un exemple dans son œuvre

2.Justifier de votre choix d'espace

3.Justifier vos choix de traitement du temps (support musical, musicalité...)

4.Justifier vos choix dans le traitement du flux

5.Justifier vos choix de formes corporelles : décrire une forme spécifique dans votre réponse

6.Justifier vos choix dans le traitement de l'état de corps

7.Donner un avis sur votre création

Vendredi 22 mai : Pina Wim Wenders analyse

 

 

CONTEXTE

Quel est le contexte historique et culturel de la pièce ?

Quels éléments biographiques avez-vous sur l’auteur ?

Quelles indications sur le thème ? le sujet ?

L’ESPACE SCENIQUE

L’espace du spectacle correspond-il à l’espace scénique ?

Est-il global ou morcelé ?

Comment les danseurs occupent-ils l’espace ? (Centré dans un périmètre bien défini ou au contraire appropriation de la totalité de l’espace).

LE DECOR

Que représente le décor ?

Quelles sont les matières utilisées ?

L’espace est-il totalement approprié par le décor ?

Appartient-il à une époque ?

LES COSTUMES

Quelles sont les couleurs dominantes ?

Il y a-t-il des accessoires ?

Font-ils partie intégrante de la scénographie ?

Font-ils partie intégrante de la chorégraphie (aisance des mouvements) ?

LE VOCABULAIRE GESTUEL

Quels rapports y a-t-il entre les interprètes (de force, amicale, amoureux…)

Y a-t-il des contacts ? des regards ?

Vitesse d’exécution des mouvements ?

Flux ?

Mouvements épurés ou non ?

LA LUMIERE

Quelles sont les couleurs dominantes (plutôt chaudes ou froides) ?

Met-elle en évidence le décor ? Les artistes ? Pourquoi ?

Quelles ambiances, le metteur en scène et le chorégraphe ont-ils voulu créer ?

LE SON

Quel genre de musique accompagne la pièce ?

La musique est-elle jouée en direct ?

Est ce une piste sonore enregistrée ?

Une piste originale créée pour les besoins du spectacle ?

En résumé :

Quelles émotions avez-vous ressenti ?

Qu’avez-vous retenu de l’atmosphère générale de la pièce ?

Qu’est-ce qui vous a le plus marqué dans ce spectacle ?

Mardi 26 mai : appliquer le procédé de composition détournement de l’objet

 


 

1.Quels sont les éléments prioritaires retenus chez ce chorégraphe ? Donner un exemple dans son œuvre

2.Justifier de votre choix d'espace

3.Justifier vos choix de traitement du temps (support musical, musicalité...)

4.Justifier vos choix dans le traitement du flux

5.Justifier vos choix de formes corporelles : décrire une forme spécifique dans votre réponse

6.Justifier vos choix dans le traitement de l'état de corps

7.Donner un avis sur votre création

Vendredi 29 mai : Le sacre du printemps de Pina Bausch analyse

 

 

 

Le Sacre du printemps

Outil d'approche d'une pièce chorégraphique :

 

Pina Bausch (1978)

Contextualiser

Inducteur

Lien: histoire

Ici le rituel mais surtout le choix de l’élue sont perçus comme une faute, la peur de mourir est 1ere, la culpabilité dans les reprises de gestuelles même chez les hommes est prédominante.

Dans ce paysage indéfini qui renvoie à une forme de ritualité primitive et dans la fragilité du sein

dénudé de l’Élue avec sa robe rouge sang se disent une faute et une violence partagées.

Le sens du Sacre de Pina Bausch est pourtant ambigu : si l’on retrouve le thème cher à Bausch de

la relation conflictuelle, passionnée entre hommes et femmes, le sacrifice de l’Élue ne semble libérer de rien.

Situer l'œuvre dans le parcours de l'artiste

On retrouve chez Pina Bausch (1940-2009) une mise en jeu du corps classique déjà revisité à Essen par son maître Kurt Jooss.

 

 

 

 

 

Repérer les éléments constituants de la pièce

scénographie

les décors (figuratif ou abstrait, volumes-couleurs-formes ...)

Terre au sol,

Les costumes

Costumes qui se salissent voir se déchirent à la fin de la pièce, comme si corps et costumes s’épuisaient de danser. Cette peau dénudée est peu à peu maculée par la terre qui recouvre le sol. Robe rouge sang (référence aux règles) pour l’élue

La présence ou l'absence de texte ou d'objets

Terre au sol

Les éclairages, la lumière

Plutôt chaude

Le monde sonore

Musique de Stravinsky

La présence ou l'absence de non danseurs, de comédiens ou autre

non

Le nombres des danseurs, la répartition hommes-femmes, l'age, etc

Même nombre d’hommes et de femmes

Le lieu ou se passe la pièce: théâtre traditionnel à l'italienne, ampleur et limites de celui-ci, plateau extérieur, lieu public non spécifique

Théâtre à l’italienne

Repérer les paramètres du geste dansé, les partis-pris corporels, le vocabulaire gestuel

Style, Codification gestuelle, vocabulaire connu et reconnu (classique, baroque, contemporain; jazz, hip-hop, spécifique au créateur ...)

contemporaine

Espace

(plans, amplitudes, niveaux, trajet et lignes)

 

 

Déplacements, immobilité, figures, sauts, chutes ...

 

 

Temps, musicalité

La chorégraphie organise un savant retard du geste sur la musique, produisant une tension dramatique accentuée par une danse freinée par l’enlisement dans le sol meuble

Énergie:

 

Poids et appuis (relation à la gravité)

Sa danse est faite de flux, de liés, d’effets d’élan et de fuite fonctionnant en masse, d’une nervosité non musculaire, mais à fleur de peau

 

flux, dynamiques, initiation et circulation du mouvement

Les mouvements: Les gestes et la symbolique

La gestuelle assez réduite du ballet ramène sans cesse le coude qui vient frapper les entrailles, comme une contrition. Affolement, errance, convulsions communes, terreur, coït qui tient du viol, chutes au sol répétées, courses en tous sens, souffles, l’Élue, comme prise dans les rets de la musique et poussée à l’avant-scène, meurt d’épuise-

ment. Elle est une victime écrasée au sol sans que nul ne vienne la soulever.

L'interprétation (regard,présence, écoute ...)

Tantz théatre, les danseurs vivent leurs danses et sont animés par la peur du sacrifice et pour les hommes par une volonté et/ou une soumission au choix du chef de tribu.

Suivant une veine expressionniste, ce ballet travaille à une mise en scène des affects, à une émotion viscérale qui circule de manière empathique jusqu’au spectateur.

Repérer une écriture chorégraphique: les relations entre le différents constituants

Structuration de l'espace scénique, de l'espace danseurs/spectateurs

Théâtre à l’italienne

Choix de l'engagement des corps dans l'espace, des directions, ds niveaux, des plans, des parcours

Le sacre du printemps de Pina Bausch présente des formes de groupements spécifiques, on commence par la danse des filles travaillant (décalage) sur des gestes représentant le quotidien, puis s’amorce la puissance du groupe, de la tribu avec des unissons marqués (un décalage entre le geste et la musique lié à la scénographie), le choix de l’élu par le chef, ou chacune avec le tissu rouge vient se présenter avec peur puis se replacer dans le groupe et enfin le solo de l’élu qui danse jusqu’à épuisement avec le poids du groupe en unisson en fond de scène.

 

Structuration de l'espace de relation (de corps, d'espace, de temps...) entre des danseurs

Solos, groupe, duos ...

Choix de traitement du temps: temporalité de la pièce, timming, moments forts /continuité, la relation au monde sonore

Mouvement de type impact et/ou impulse

Rapport aux autres arts

Rapport à l’expressionnisme allemand

 

Structuration chorégraphique: Chronologique, tableaux, séquences, phrases, hasard, acte, récurrences dans les gestes ou dans le thème, des citations (à des œuvres antérieures, à d'autres artistes ) ...

Idem

Processus de composition ayant pu contribuer à l'élaboration de l'œuvre (en amont)

Place du Travail d'improvisation, type de procédés repérables d'une manière lisible et moins visible

 

Cf voir cour sur P Bausch

 

 

 

 

Pratiques quotidiennes de la compagnie

Mécanismes et procédés d'écriture chorégraphique

             

Mardi 02 juin : Mon sacre du printemps en référence à Pina Bausch

 

1.Quels sont les éléments prioritaires retenus chez ce chorégraphe ? Donner un exemple dans son œuvre

2.Justifier de votre choix d'espace

3.Justifier vos choix de traitement du temps (support musical, musicalité...)

4.Justifier vos choix dans le traitement du flux

5.Justifier vos choix de formes corporelles : décrire une forme spécifique dans votre réponse

6.Justifier vos choix dans le traitement de l'état de corps

7.Donner un avis sur votre création

Vendredi 05 juin : le sacre du printemps de Béjart analyse

 

 

Le Sacre du printemps

Outil d'approche d'une pièce chorégraphique :

 

Bejart 1959

Contextualiser

Inducteur

Lien: histoire

« Qu’est-ce que le printemps, sinon cette immense force primitive longtemps endormie sous le manteau de l’hiver, qui soudain éclate et embrase le monde, que ce soit à l’échelon végétal, animal ou humain ?
L’amour humain, dans son aspect physique, symbolise l’acte même par lequel la divinité crée le Cosmos, et la joie qu’elle en retire. À un moment où les frontières anecdotiques de l’esprit humain tombent petit à petit, et où l’on peut commencer à parler d’une culture mondiale, rejetons tout folklore qui ne soit pas universel et ne retenons que les forces essentielles de l’homme, qui sont les mêmes dans tous les continents, sous toutes les latitudes, à toutes les époques.
Que ce ballet soit donc, dépouillé de tous les artifices du pittoresque, l’Hymne à cette union de l’Homme et de la Femme au plus profond de leur chair, union du ciel et de la terre, danse de vie ou de mort, éternelle comme le printemps! » Maurice Béjart

Il plonge dans la musique de Stravinski mais choisit d’abandonner le livret d’origine : « Je pensais que le printemps n’avait rien à voir avec des vieillards russes regardant une jeune fille comme si

c’était Suzanne au bain. Et ça m’embêtait vraiment de finir par une mort, pour des raisons personnelles et parce que la musique indiquait tout le contraire. [...] Je raconterai l’histoire d’un couple [...] n’importe quel couple, donc le couple » Bejart « Un instant dans la vie d’autrui »

Maurice Béjart développe ici ce qui fera sa marque : un ballet provoquant dans le traitement du thème et prônant la libération sexuelle, des danseurs-icônes incarnant la beauté d’une époque

Ce qui prime chez Béjart c’est l’accouplement

Contexte historique social, économique,

politique et artistique dans lequel l'œuvre est apparue

CF voir vos cours d’histoire, faire une recherche sur l’art contemporain :

L'expression « art contemporain » désigne de façon générale et globale l'ensemble des œuvres produites depuis 1945 à nos jours, et ce quels qu'en soient le style et la pratique esthétique. Dans cette classification périodique, l'art contemporain succède à l'art moderne (1850-1945). Cette désignation s'applique également aux musées, institutions, galeries, foires, salons, biennales montrant les œuvres de cette période.

L'expression « art contemporain » est aussi utilisée en France, avec un sens plus restreint, pour désigner les pratiques esthétiques et réalisations d'artistes revendiquant « une avancée dans la progression des avant-gardes1 » et une transgression des frontières entre les domaines artistiques (dépassant la frontière de ce que le sens commun considère comme étant de l'art, c'est-à-dire les arts plastiques, en expérimentant le théâtre, le cinéma, la vidéo, la littérature …)2. On parle aussi d'art contemporain pour désigner, par convention, l'art des années 1960 et d'après. Le pop art marquerait, de ce fait, une rupture par rapport à l'art moderne3.

- Modern dance Américaine,

- Expressionnisme allemand

- Epoque du néoclassique

- Rupture cunninghamienne…..

Situer l'œuvre dans le parcours de l'artiste

Maurice Béjart (1927-2007) se trouve dans une situation économique critique lorsque Maurice Huisman, tout juste nommé directeur du Théâtre royal de la Monnaie à Bruxelles, lui commande un

Sacre du printemps. Béjart est alors connu pour son goût pour la musique contemporaine (la

Symphonie pour un homme seul, avec Pierre Henry et Pierre Schaeffer, en 1955)

Biographie: Maurice Béjart naît à Marseille le 1er janvier 1927. Il débute sa carrière de danseur à Vichy en 1946, la poursuit auprès de Janine Charrat, de Roland Petit et surtout, à Londres, au sein de l’International Ballet. A l’occasion d’une tournée en Suède avec le Ballet Cullberg (1949), il découvre les ressources de l’expressionnisme chorégraphique. Un contrat pour un film suédois le confronte une première fois avec Stravinsky, mais, de retour à Paris, il se fait la main sur des pièces de Chopin sous l’égide du critique Jean Laurent. Le danseur se double dès lors d’un chorégraphe.
En 1955, à l’enseigne des Ballets de l’Étoile, il sort des sentiers battus avec Symphonie pour un homme seul. Remarqué par Maurice Huisman, le nouveau directeur du Théâtre Royal de la Monnaie, il règle un triomphal Sacre du printemps (1959).
En 1960, Maurice Béjart crée, à Bruxelles, le Ballet du XXe Siècle (1960), une compagnie internationale à la tête de laquelle il sillonne le monde entier, tandis que la liste de ses créations s’allonge : Boléro (1961), Messe pour le temps présent (1967) et L’Oiseau de feu (1970).
1987, le Ballet du XXe Siècle devient le Béjart Ballet Lausanne. Le grand chorégraphe s’installe dans la capitale olympique. En 1992, il décide de réduire la taille de sa compagnie à une trentaine de danseurs pour “retrouver l’essence de l’interprète” et, la même année, il fonde l’Ecole-Atelier Rudra Béjart. Parmi les nombreux ballets créés pour cette compagnie, citons Le Mandarin merveilleux, King Lear – Prospero, À propos de Shéhérazade, Lumière, MutationX, La Route de la soie, Le Manteau, Enfant-Roi, La Lumière des eaux et Le Presbytère n’a rien perdu de son charme, ni le jardin de son éclat.
Metteur en scène de théâtre (La Reine verte, Casta Diva, Cinq Nô modernes, A-6-Roc), d’opéras (Salomé, La Traviata et Don Giovanni), réalisateur de films (Bhakti, Paradoxe sur le comédien…), Maurice Béjart a également publié plusieurs livres (roman, souvenirs, journal intime, pièce de théâtre). En 2007, à l’aube de ses quatre-vingts printemps, le chorégraphe donne naissance à La Vie du danseur racontée par Zig et Puce. Alors qu’il crée ce qui sera sa dernière œuvre, Le Tour du monde en 80 minutes, Maurice Béjart décède à Lausanne le 22 novembre 2007.

Repérer les éléments constituants de la pièce

scénographie

les décors (figuratif ou abstrait, volumes-couleurs-formes ...)

non

Les costumes

Justaucorps, pour montrer l’animalité du geste et faire référence à la nudité. (femmes)

Hommes torse nu

La présence ou l'absence de texte ou d'objets

non

Les éclairages, la lumière

Douche- couleur chaude

Le monde sonore

Igor Stravinsky

La présence ou l'absence de non danseurs, de comédiens ou autre

non

Le nombres des danseurs, la répartition hommes-femmes, l'age, etc

Nombre de danseurs : 37 (+ renfort 18 danseurs de l’Ecole-Atelier Rudra)

Le lieu ou se passe la pièce: théâtre traditionnel à l'italienne, ampleur et limites de celui-ci, plateau extérieur, lieu public non spécifique

Théâtre àl’Italienne

Repérer les paramètres du geste dansé, les partis-pris corporels, le vocabulaire gestuel

Style, Codification gestuelle, vocabulaire connu et reconnu (classique, baroque, contemporain; jazz, hip-hop, spécifique au créateur ...)

un néoclassicisme de l’écriture du geste qui s’appuie sur des pas académiques déplacés. , une danse lisible et saisissable dans ses figures simples à l’impact visuel fort

 

Espace

(plans, amplitudes, niveaux, trajet et lignes)

 

Formes géométriques simples des lignes vers le cercle symbole de l’accouplement, beaucoup de portés dans la seconde partie. Décalages dans le corps

 

Déplacements, immobilité, figures, sauts, chutes ...

Temps, musicalité

Mouvements de type impulse (impulsion commune au regard de l’impulsion musicale). Les hommes frappent le sol et s’affrontent. L’aspect accentué et percussif de la musique en est renforcé.

rapport à la musique simplifié

Énergie:

 

Poids et appuis (relation à la gravité)

Pour les hommes :

Corps victorieux, ancré dans le sol

Il y a de la rage

« Il ne me fallait pas des garçons, il me fallait des cuisses, des poings, des rejets brusques de la tête. Il ne me fallait pas des bergères effarouchées ou des reines en exil, il me fallait des ventres et des dos creusés » Béjart,

Pour les femmes

Sensualité sixties, lignes fines des corps, l’anatomie est dévoilée par les justaucorps.

L’entrée fracassante des hommes annonce le coït final des couples réunis

flux, dynamiques, initiation et circulation du mouvement

Les mouvements: Les gestes et la symbolique

Symbolique de l’animal (posture du chien par exemple), de la sensualité et de la sexualité.

L'interprétation (regard,présence, écoute ...)

Regard ouvert et triomphant des hommes, regard ouvert, parfois apeuré pour les femmes, qui se change en regard de désir entre les couples

Repérer une écriture chorégraphique: les relations entre le différents constituants

Structuration de l'espace scénique, de l'espace danseurs/spectateurs

Théâtre à l’italienne

Choix de l'engagement des corps dans l'espace, des directions, ds niveaux, des plans, des parcours

Géométries simples, lignes, groupement, hommes à jardin, filles à cour

Pour se rassembler en cercle symbolisant l’accouplement, la matrice de la femme.

Structuration de l'espace de relation (de corps, d'espace, de temps...) entre des danseurs

Le ballet célèbre l’union de l’homme et de la femme « au plus profond de leur chair », au printemps, quand le monde entier s’embrase. La danse sera charnelle, sexuelle, puissante, exprimant les forces sauvages du désir et de la nature.

 

Solos, groupe, duos ...

Canons, jusqu’à l’Unisson, cascades. Le groupe des hommes (choix du plus faible) notion de bagarre, le plus faible est choisi, du coté des femmes, c’est la femme la plus forte qui sera l’élue

Commence par un canon des hommes, puis la lutte pour choisir le plus faible, puis l’entrée des femmes, l’élue au centre et enfin le tableau final rassemblant le couple dans un acte sexué.

 

Choix de traitement du temps: temporalité de la pièce, timming, moments forts /continuité, la relation au monde sonore

De type impulse !

Rapport aux autres arts

 

 

Structuration chorégraphique: Chronologique, tableaux, séquences, phrases, hasard, acte, récurrences dans les gestes ou dans le thème, des citations (à des œuvres antérieures, à d'autres artistes ) ...

L’acte I présente les hommes « comme des brutes », des vautours ou cerfs

en rut, L’acte II s’ouvre sur la danse des femmes, où la figure du cercle, l’Élue en son centre, annonce le rituel amoureux..

Processus de composition ayant pu contribuer à l'élaboration de l'œuvre (en amont)

Pratiques quotidiennes de la compagnie

Création de la pièce en 3 semaines seulement

 

 

             

 

Mardi 09 juin : Mon sacre du printemps en référence à Béjart

 

1.Quels sont les éléments prioritaires retenus chez ce chorégraphe ? Donner un exemple dans son œuvre

2.Justifier de votre choix d'espace

3.Justifier vos choix de traitement du temps (support musical, musicalité...)

4.Justifier vos choix dans le traitement du flux

5.Justifier vos choix de formes corporelles : décrire une forme spécifique dans votre réponse

6.Justifier vos choix dans le traitement de l'état de corps

7.Donner un avis sur votre création

 

Vendredi 12 juin : comparaison des sacres sujet de dissertation à partir de l’article

 

En quoi l'analyse des différents sacres du printemps permet de traverser tout un pan de l'histoire de la danse du 20eme siecle?

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
lelabodart@gmail.com

Email