LLD
LLD

Cycle danse en EPS, Entrée par le parcours artitsique et culturel de l'élève 

Présentation de cycles de danse en EPS en lien avec le parcours artistique et culturel de l'élève.
Les situations pédagogiques proposées sont adaptables pour des élèves de l'école primaire à la terminale. Des pistes de remédiation pour adapter les contenus au niveau des élèves vous seront données régulièrement. 

 

 

Textes de référence:

http://www.education.gouv.fr/cid20725/l-education-artistique-et-culturelle.html

http://cache.media.education.gouv.fr/file/12_Decembre/43/1/Guide-parcours-EAC_288431.pdf

 

 

HAKA                                   Preljocaj

Cycle EPS danse entrée par le parcours artistique et culturel de l'élève 

 

Thématiques HDA:

3 : Arts, États et Pouvoir  (vecteur d'unification et d'identification d'une nation)

1:  Art, création, cultures  (traditions)

Outil d'approche  d'une  pièce chorégraphique :

HAKA Ballet Prejlocaj

DANSE NIV 2

Contextualiser

Inducteur

Lien: histoire

Le haka est une danse rituelle du peuple Maori interprétée lors de cérémonies, de fêtes de bienvenue, ou avant de partir à la guerre. Il a mondialement été rendu célèbre par l'équipe de rugby à XV de nouvelle -Zélande, qui l'effectue avant ses matches depuis 1905. Mais les joueurs de rugby à XV ne sont pas les seuls à l'utiliser car il occupe une part très importante dans la vie culturelle des Néos-Zélandais et constitue un élément fondamental de leur identité nationale.

Le Haka « Ka mate » aurait été composé vers 1820 par Te Rauparaha, un grand chef local. Alors qu'ils fuyaient une tribu ennemie (Ngati Tuwharetoa), il demanda protection au chef de la région du Rotoaira (Te Whareangi)  homme connu pour être particulièrement hirsute. Ce dernier l'autorisa à se cacher dans une sorte de puits ou fosse où les Maoris stockaient leur pomme de terre. Sa femme se posta devant cette cachette, en raison de « son pouvoir » neutralisant vis-à-vis des hommes qui poursuivaient Te Rauparaha et du « pouvoir  » protecteur accordé aux organes génitaux féminins par les Maoris.

Alors qu'ils approchaient de la cachette, ayant peur d'être trouvé et tué Te aurait murmuré « Ka maté! » Ka maté! »  .

Te Rangikoaea affirma aux poursuivants que te Rauparaha était parti. Les guerriers se laissèrent convaincre et partirent.

Quand il se rendit compte que ses ennemis ne l'avaient pas trouvé  il se mit alors à crier  « Ka ora, ka ora ».

D'où les dernières strophes, qui remercient l'homme chevelu. Te Wharerangi et sa femme  décrivent sa sortie du puits et le fait qu'il voit à nouveau la lumière. Il se serait mis à danser son Haka devant le chef.

En définitive c'est un chant dont les paroles sont tout sauf violentes, comparées à d'autres hakas du Pacifique Sud (Tonga et Fidji) qui sont plus sanglants. (voir  la Marseillaise).

Définition

Haka est un nom générique pour toutes les danses Maori. Cette danse complexe est une expression de la passion, de la vigueur et de l'identité de ce peuple. C'était une coutume d'importance particulière au moment de souhaiter la bienvenue lors de rencontres sociales. La réputation des tribus reposait en partie sur leur habileté à faire le Haka

Contexte historique social,économique,

politique et artistique

Chorégraphie crée en 2007 lors de la venue des All Blacks au Pavillon noir à Aix en Provence par Angelin Prejlocaj

 

 

 

 

Repérer les éléments constituants de la pièce

scénographie

 les décors (figuratif ou abstrait, volumes-couleurs-formes ...)

Fond noir, aucun décor

Les costumes

Polo de rugby de l'équipe All-Blacks  (symbole virilité)/talon aiguille /shorts noir courts (symbole féminité)

La présence ou l'absence de texte ou d'objets

chants

Les éclairages, la lumière

Neutre

Le monde sonore

Percussions corporelles + chant

La présence ou l'absence de non danseurs, de comédiens ou autre

non

Le nombres des danseurs, la répartition hommes-femmes, l'age, etc

15 danseuses

Le lieu ou se passe la pièce:théâtre traditionnel à l'italienne, ampleur et limites de celui-ci, plateau extérieur,lieu public non spécifique

Théâtre traditionnel

Repérer  les paramètres du geste dansé, les partis-pris corporels, le vocabulaire gestuel

Style, Codification gestuelle, vocabulaire connu et reconnu (classique, baroque, contemporain, jazz, hip-hop, spécifique )

Danse contemporaine 

 

Espace

(plans, amplitudes, niveaux, trajet et lignes)

Pas de rapport au sol, pas de sauts, exploitation uniforme de l'espace (niveau)

Déplacements, immobilité, figures, sauts, chutes ...

Trajets de fond de scène à l'avant scène, en allers-retours marches et sauts

Temps, musicalité

Accélération progressive des marches et de la gestuelle

Énergie:

 

 Poids et appuis (relation à la gravité)

Une énergie très marquée de type impact dans chaque mouvement des bras y compris dans les pieds ou le poids est accentué vers le bas donc pas du tout uniforme. L’impact, le frappée sont la marque énergétique de cette danse

flux, dynamiques, initiation et circulation du mouvement

Les mouvements: Les gestes et la symbolique

Symbole en lien avec la symbolique du Hakka ex: les mains qui tremblent = le vent dans les feuilles d'arbres

L'interprétation (regard, présence, écoute ...)

Écoute qui s’établit au début par la respiration entre les danseurs pour une parfaite synchronisation dans chaque ligne

Grimaces typiques du corps habité par les guerriers

Repérer une écriture chorégraphique:  les relations entre le différents constituants

Structuration de l'espace scénique, de l'espace danseurs/spectateurs

traditionnel

Choix de l'engagement des corps dans l'espace, des directions , des niveaux, des plans, des parcours

De face/ dos

un seul niveau exploité

Structuration de l'espace de relation (de corps, d'espace, de temps...) entre des danseurs

Structurée en 3 lignes distinctes et mouvantes

Solos, groupe,duos ...

Groupe 5 par lignes

Choix de traitement du temps: temporalité de la pièce, timing, moments forts /continuité, la relation au monde sonore

Temps organisé par l'accélération du mouvement (phrase répétée avec de l'accumulation)

Rapport aux autres arts

Danse traditionnelle ?

Règles du jeu visibles, soupçonnables de la composition

Stucks ( morceaux coupé-collé), décalage temporelle entre chaque ligne, rattrapé, unisson,  répétition, canon, transposition (droite /gauche)

Partitions:

ligne 1:ABCD

ligne 2:BCAD

ligne 3:CABD

Structuration chorégraphique: chronologique, tableaux, séquences, phrases, hasard, acte, récurrences dans les gestes ou dans le thème, des citations (à des œuvres antérieures, à d'autres artistes ) ...

1 seul tableau

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Traduction Du HAKA

Paroles

Procédés de composition à réinvestir

 

Frapper des mains sur les cuisses

Que vos poitrines soufflent

Pliez vos genoux!

Laisser vos hanches suivre le rythme

Frapper des pieds aussi fort que vous pouvez

 

"Ringa Pakia
Uma Tiraha
Turi whatia
Hope whai ake
Waeuwae takahia kia kino

 

Gestuelle:

tension/relâchement

utiliser la respiration et le regard

 

Unisson: tous ensemble dans la même direction, même gestes, même temporalité

 

Chorus: même mouvement, même temporalité, directions différentes

C'est la mort c'est la mort

C'est la vie c'est la vie

C'est la mort c'est la mort

C'est la vie c'est la vie

 

Ka mate ! Ka mate !
Ka ora ! Ka ora !

 

Répétition : répéter plusieurs fois le même mouvement

Amplification: répéter un mouvement plusieurs fois en l'amplifiant à chaque fois

Voici l'homme poilu

Qui est allé chercher le soleil

Et l'a fait briller de nouveau

Faites face

Faites face en rang

(un pas! Un autre pas!

Un pas! Un autre pas!)

Soyez rapide et solide devant le soleil qui brille

Tenei te tangata puhuruhuru
Nana nei i tiki mai, whakawhiti te ra
A hupane ! A kaupane !
A hupane ! A kaupane !
Whiti te ra !
Hi !"

Le miroir:

par 2 

 

Les contrastes :

-temps (vite/lent)

-énergie (fluide/saccadé)

-espace (grand/petit)

 

La transposition:

-debout/au sol

-avec une autre partie du corps

 

 

 

 

<< Nouvelle zone de texte >>

Construction de la chorégraphie

 

Proposition:                                                                                       

1 séance de visionnage 

2 séances par tableau

1 séance d'évaluation filmée

 

Construire le Tableau 1

UNISSON

Par groupe de 3  minimum:

Choisir couplet 1 + refrain

ou

couplet 2 + refrain

Illustrer le mots et verbes d'action par des mouvements.

Construire une phrase de 2*8 temps

 

puis en regroupant  2 groupes

1° 8 temps=C

1° 8 temps=D

1° 8 temps=A

1° 8 temps=B

 

Complexification

espace: faire grand/très petit

temps: faire vite / lent

énergie: jeter/ impulse/ impact

mou / sec / fluide

 

L'espace scénique est divisé en 4 choisir un espace 1/2/3 ou 4 pour faire la phrase à l'unisson.

Construire le tableau 2

CANON /RATRAPPE

 

S'organiser en 3 lignes de 2

Chaque ligne doit faire la phrase en fonction de sa partition

 

ligne 1:  ABCD

ligne 2:  BCAD

ligne 3:  CABD

 

complexification : se déplacer en allers-retours fond de scène / avant scène

 

 

Construire le tableau 3

DUOS MIROIRS/REPETTION

 

Chaque duo choisit:

A/B/C ou D

faire les mouvements en miroir

2* à droite

2*à gauche

 

 

 

Construire le tableau 4

LES CONTRASTES

Individuellement reprendre tout ou partie de la partition et retravailler les mouvements en variant :

 

Les contrastes

-temps (vite/lent)

-énergie (fluide/saccadé)

-espace (grand/petit)

 

et /ou en utilisant

 

La transposition:

-debout/au sol

-avec une autre partie du corps

 

complexification: faire sa phrase avec sa propre musicalité dans une orientation différentes des autres

 

ou faire un chorus en changeant le orientations

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
lelabodart@gmail.com

Email