Chapitre 3: "Ma scénographie" - De la narration à l'abstraction

Les mains secretes Odile Duboc

Kiss and cry, Nano dance compagnie

The man i love Pina Bausch

Marina Abramovic

Carnation, Lucinda Childs

Quel est mon message?

Comment diffuser mon message?

 

Contraintes:

- espace de danse restreint 2m

- danse "statique" main bras tête, une seule partie du corps....

- vidéo danse

 

   focus sur la scénographie: quelle lumiére? quel fond? quel décors? quels plans

 

Consignes:

 

- traiter le théme de maniére narrative (1 minute)

- traiter le theme de maniére abstraite (1 minute)

 

 

La scénographie ou le métier de scénographe

Profession spectacle- Le métier de régisseur lumiére

Lexique cinéma- les échelles de plan

Les différents éclairages de théatre

La scénographie, exemple avec Allegria de Kader Attou; Cnie Kafig

Allegria de Kader Attou, quand la poésie s'exprime en lumière (lightzoomlumiere.fr)

 

 

Point Wikipédia- Connaissances et définitions

La scénographie, du grec σκηνη (skēnē) « scène » et γραφειν (graphein) « écrire », désigne aujourd'hui l’étude de l'art de la scène par des moyens techniques de mouvements ordonnés et scéniques.

Définition

 
 

Releve de ce qui est identifiable par le public, considérant les caractéristiques de la matière, le scénographe est celui qui compose avec des volumes, des objets, des couleurs, des lumières, et des textures.

Au théâtre, l’incursion de la scénographie est l’élément qui distingue le scénographe du décorateur et fonde sa pratique. La conception d’un espace scénique est rendue libre par le fait qu’il n’ait plus à être une représentation de l’existant. Une scénographie ne copie pas une forme du réel, elle a une valeur autant métaphorique que visuelle. Cette métaphore possède parfois ses propres règles, miroir exact ou image inversée dans les cas les plus extrêmes de ce qu'elle illustre, elle peut amener un surplus de sens (redondance ou hyperthéâtralité), en tout cas ouvre les possibilités de réception sensible de la pièce et les multiplie.

Le rapport est fort et la frontière très mince entre celui qui dirige les acteurs (le metteur en scène) et celui qui les situe (le scénographe).

La profession de scénographe s'étend maintenant au commerce dans le cadre d'une vitrine, d'une salle d’exposition.

C'est de la scénographie vitrine, un scénographe vitrine, met en scène les produits dans un espace aux moyens de décors, de lumière...

L'espace scénique avant le xxe siècle

Le théâtre grec antique

Les Grecs utilisaient une scénographie complexe, l’édifice, ou le théâtre dans lequel ils jouaient dictant aussi l’espace et le jeu des comédiens.

Le chœur, au centre sur l’orchestra, s’interrogeait et répondait aux questions intérieures du public par des stances, généralement chantées et les comédiens prenaient place derrière sur le proskenion. Un grand mur, la skéné derrière lequel se trouvaient les coulisses, ouvrait généralement sur trois portes et s’élevait derrière le proskenion.

Cette scénographie servait presque toutes les pièces qui étaient jouées à l’époque. Les acteurs ne bougeaient pas beaucoup à cause de leurs costumes trop imposants.

Les Romains et la Renaissance

Le théâtre romain était très proche de l’édifice grec, cependant, celui-ci était complètement fermé et contenait beaucoup plus d’ornement sur le mur de fond.

De cette époque on connaît surtout les travaux de Vitruve, notamment le Ve livre du De Architectura. L'ouvrage sera redécouvert à la Renaissance et inspirera les travaux de Nicola Sabbattini (Pratica di fabricar scene e machine ne' teatriRavenne, 1638).

La perspective illusionniste italienne

Dans la deuxième moitié du xviiie siècle et depuis la Renaissance, c’est le théâtre à l'italienne qui règne, celui-ci s’impose par des décors figuratifs peints sur des châssis et des rideaux selon les lois de la perspective théâtrale accompagnée des effets spéciaux que permet une machinerie sophistiquée. On fait alors appel à des peintres, appelés pour leurs travaux de perspectives les "Perspecteurs" pour concevoir le lieu. Citons Filippo Brunelleschi qui théorise en 1415 à Florence la « perspective mathématique » et met au point une expérience simple permettant de démontrer la justesse de sa théorie.

Les grandes révolutions

Le Naturalisme

La scénographie dans le Naturalisme porte très bien son nom : le but du scénographe consiste à reproduire le plus fidèlement la réalité sur scène. André Antoine, le grand représentant du naturalisme théâtral, désigne par "le quatrième mur" un mur quelconque d'une pièce, qui clôture l'espace : les acteurs peuvent jouer de dos pour créer aussi l’illusion d’un endroit fermé, et pousse le spectateur à l'impression d'"immersion" dans le quotidien de l'histoire, devenu voyeur face à la représentation.

On voudra alors reproduire des maisons entières sur scène, on inclura aussi des meubles qui donnent l’illusion du vrai. Ainsi, dans Jacques d'Amour d'Émile Zola, qu'Antoine met en scène en 1897 en présence de l'auteur lui-même, il présente aux spectateurs des quartiers de bœuf entiers et réels, et des acteurs jouant de dos, développant l'"Éloquence du Dos", concept visant à mettre en valeur la parole d'un acteur en "TQP" ou "TQS"(Trois-Quart Public ou Trois-Quart Scène). Révolutionnaire, le naturalisme reproduit minutieusement la réalité de l'époque jusqu'à des prises d'otages dans les théâtres (organisées par les metteurs en scène...)[réf. nécessaire].

On ne peut pas, par contre, pousser le naturalisme plus loin, car son objectif est la reproduction de la réalité sur scène, inclure des éléments expressionnistes reviendrait à détruire l’effet voulu. Le seul travail qui peut être poussé plus loin est celui du souci du détail dans l’ameublement ou les costumes.

  • Naturalistes célèbres
  • André Antoine (1858-1943), metteur en scène, "fondateur" du Naturalisme théâtral ;
  • Constantin Stanislavski (1863-1938), metteur en scène, auteur de La Formation De l'Acteur ;
  • Émile Zola (1840-1902), auteur.

Espaces rythmiques et vision d’ensemble

Le duo Edward Gordon Craig et Adolphe Appia vient mettre fin aux imitations de la réalité, en créant des espaces rythmiques adaptés au jeu de l’acteur et en voulant créer un ensemble harmonieux avec les différents éléments du spectacle. Ce qui marque une véritable révolution scénographique c’est l’acteur. Le comédien devient la priorité absolue, on tentera de créer des espaces qui pourront mettre son corps et son jeu en valeur. Ceci sera possible, entre autres, en faisant l’intégration de différents niveaux dans l’espace scénique et d’une approche plus symbolique de l’œuvre.

  • Scénographe près de Craig et Appia
  • Josef Svoboda.

 

Réformateurs de l'espace scénique

 

Le terme scénographe regroupe différentes définitions très variées, mais pouvant être regroupées en trois catégories :

  • les scénographes de spectacles qui mettent en espace un spectacle ou une manifestation particulière, la signification européenne est très proche du dramaturge ;
  • les scénographes d'équipements qui conçoivent un lieu destiné à accueillir des spectacles ou manifestations diverses ;
  • les scénographes d'expositions qui interviennent dans le domaine des musées et des expositions.

Quelques scénographes cumulent plusieurs spécialisations, mais ils sont très rares.

Aux États-Unis, la signification est encore différente. Elle regroupe comme terme générique les différents créateurs : créateur des décors, créateur de costumes, éclairagiste, concepteur son...

Scénographes de spectacles

Ce sont des designers (ou des artistes sous contraintes) qui, en collaboration avec un metteur en scène et le plus souvent avec également les créateurs lumière et son, conçoivent l'espace scénique dans lequel se déroulera un spectacle vivant. Ils définissent ainsi le rapport "scène/salle", puis l'espace où évolueront les acteurs. Cette spécificité le distingue du décorateur dont le rôle était davantage de créer l'illusion ou de leurrer le spectateur.

Scénographes d'équipements

Ce sont des maîtres d'œuvre qui, en collaboration avec un architecte, conçoivent les lieux d'accueil de spectacle ; depuis les définitions géométriques des rapports salle/scène, jusqu'aux équipements scénotechniques (serrurerie, mécanique, tentures, éclairage, audiovisuel...).

Scénographes d'expositions

Ils interviennent dans le domaine de l'exposition, que ce soit en musée ou hors musée : conception de musées, d'expositions permanentes ou temporaires. Ils traduisent en espace et en parcours scénographique le programme muséographique établi par le commissaire de l'exposition, le conservateur ou le muséographe.

On les retrouve parfois dans le domaine de la scénographie commerciale : conception de décors spécifiques dans des vitrines, halls, stands, etc.

Les scénographes assurent la direction artistique du dispositif intellectuel, symbolique et spatial qu'est l'exposition à partir du programme muséographique et, en tant que maîtres d'oeuvre, ils coordonnent tous les intervenants de la conception (ingénieurs structure et installations techniques, spécialistes de l'éclairage naturel et artificiel, graphistes, signaléticiens et cartographes, spécialistes du design et des techniques multimédia, scénaristes de contenus multimédia, designers de manipes et autres outils pédagogiques interactifs, économistes de la construction, spécialistes de conservation préventive, socleurs, etc.).

Au stade des travaux, les scénographes assurent le suivi des travaux de tous les corps de métiers.

 

L‘espace scénique est la zone de jeu réservée aux différents interprètes, acteurs, chanteurs, danseurs ou musiciens pour la représentation d'un spectacle. Il représente la scène visible depuis le public, mais peut éventuellement comporter des zones non visibles depuis le public et situées dans les dégagements si celles-ci entrent de façon directe dans le cadre du jeu des interprètes. (Ex : un placard où se cache l'amant d'un vaudeville et dont seule la porte se trouve sur scène et visible du public).

Cet espace de jeu peut se modéliser par différents procédés et s'accorder sur des bases mises en place par des grands noms du théâtre comme Bertolt Brecht, avec la mise en scène brechtienne. Ce style de mise en scène, particulier et facilement reconnaissable pour un œil aguerri, est très différent de la mise en scène classique puisqu'il vise à "briser l'illusion théâtrale".

Le vocabulaire de l'espace scénique[modifier | modifier le code]

  • Côté jardin : à gauche en regardant la scène.
  • Côté cour : à droite en regardant la scène.
  • Lointain : le fond de la scène.
  • Théâtre : le centre de la scène.
  • Face : l'avant de la scène.
  • Monter : se diriger vers le lointain (la scène traditionnelle présentait une pente d’environ 4 %).
  • Descendre : se diriger vers la face.
  • Charger : faire descendre quelque chose depuis les cintres.
  • Appuyer : faire monter quelque chose vers les cintres. Pour rectifier la position d’une porteuse qui descendrait en biais, on demandera par exemple : « Appuie à cour ! »
  • Visser : tourner (quelque chose ou soi-même) dans le sens des aiguilles d’une montre.
  • Dévisser : tourner dans le sens inverse des aiguilles d’une montre.

Plans et lumiéres:

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
lelabodart@gmail.com

Email