www.lelabodart.com
  www.lelabodart.com

Les fondamentaux du mouvement

Choisir un extrait d'oeuvre support

Réaliser un exposé prsentant:

- biographie du choregraphe

- analyse du contexte d'emergence de la piéce

- analyse du théme

- analyse du mouvement

- analyse de la scénographie

Ressources

Définition de la danse :

Art corporel utilisant le corps comme vecteur d’une interprétation du reel et destiné à être vue et appréciée par un public

Composantes du mouvement :

 LABAN décrit « LES QUATRES FACTEURS DU MOUVEMENT»  (Auteur Dominique Brun)

Les mouvements, qu’ils soient conscients ou inconscients résultent de l’interaction de facteurs dynamiques ;

Laban en distingue quatre :

- le Poids (ou Force motrice pondérale, c’est-à-dire la tension musculaire déployée dans le mouvement, en réponse à la force gravitationnelle), qui varie du léger au fort

- l’Espace, qui varie du multidirectionnel au ciblé

- le Temps, qui varie du ralenti à l’accéléré

- le Flux, qui varie du libre au contrôlé (le contrôlé permettant d’arrêter le mouvement à tout instant) le flux est la qualité de propagation du mouvement, la qualité de fluidité

 

Autres terminologies plus simples à utiliser lors de l’entretien :

Espace

Temps

Flux

Corps

Relation entre danseurs

 

Explications composantes :

Espace :

LABAN en fait des termes d’expérience: de plans (horizontal, vertical, sagittal), de niveau (haut, intermédiaire, bas), d’orientation (latéral, perpendiculaire, oblique), d’éloignement (proche, lointain)

 

Espace corporel proche - volume (sphère : sagittal, longitudinal, horizontal) - forme - expansion gestuelle

 Espace de déplacement - direction (étoile) - niveaux (haut, bas, moyen, sol…) - orientation (face, profil, dos…) - trajets (circulaire, anguleux etc.)

 Espace scénique – définit par convention

Côté cour :

Lorsque je suis danseur et que je regarde le public le côté « cour » est du côté du cœur

Côté jardin :

Le coté jardin est donc l’autre coté

Avant scène, centre, fond de scène

Cinq espaces

 Espace de représentation = espace scénique

 Espace lieu: souvent un théatre

 Espace symbolique: Orienté pour le public en fonction de ce qu’on veut qu’il voit. Il peut être découpé en plusieurs paramètres :

 *directions : avant, arrière, côtés, haut, bas ; selon trois plan : sagittal ( droite/gauche), frontal (arrière/avant) et transversal (Haut/bas).

 *orientations, définies par rapport à un point extérieur au corps

 *les niveaux : haut (sauts), moyen (normal) et bas (sol)

 *les tracés : trajets définis par les mouvements dans l’espace (courbe, zigzag, droite)

 *les dimensions : jeu des volumes dans l’espace propre (grand/ petit)

ex: le cercle symbolise l'union, le zig zag l'incertitude...

 Espace proche ou intime

L’allongement maximal des segments autour du corps représente sa limite. (voir la kinesphère de LABAN)

On peut aussi évoquer l’espace interne qui est à l’intérieur du corps (domaine de la respiration). Celui- ci aide à analyser les sensations kinesthésiques.

 Espace relationnel = interpersonnel

Organise les mouvements de plusieurs danseurs entre eux.

On parle alors de mises à distances d’un danseur par rapport à l’autre et aussi par rapport aux spectateurs. Cette mise à distances est nulle s’il y a contact ou porté. Elle joue sur les effets donnés (espace symbolique)

 

Le temps :

la structure métrique

 La métrique est le temps divisé en unité mesurable. Elle émane du mouvement du danseur (rythmes cardiaques, respiration ..) mais peut aussi provenir d’éléments sonores extérieurs (musiques , percussion)

 Différents éléments constituent cette structure métrique :

la pulsation : battement régulier, continu, uniforme

le tempo : Il correspond à la vitesse de déroulement des pulsations.

l’accent : Il se greffe à une pulsation de manière forte ou faible et permet de reconnaître la mesure. la mesure: Elle regroupe un certain nombre de pulsations à partir d’un accent principal revenant régulièrement ( 2, 3 4 temps ou composé 5et 7 )

le rythme : LALOY : c’est une mise en œuvre déterminé du temps. C'est un ensemble de pulsations, accents et mesures, ce qui fait que l’on parle de rythme binaire ou ternaire

 la phrase : c’est un groupe de mesure et de pulsation formant un thème rythmique ou mélodique homogène qui aspire à se répéter  Le mouvement peut créer son propre rythme (musicalité intérieure) ou suivre un rythme extérieur (musique) ou « jouer » avec le rythme (s’en distancier, le retrouver, l’inverser,...).

La structure non métrique ou amétrique

C’est une durée de valeur relative identifiée en terme de vitesse. Elle donne un mouvement lent ou rapide , accéléré ou décéléré (notions relatives ou subjectives). Elle est liée à la notion de durée

L’Energie ou le flux : Qualité et quantité d’écoulement du mouvement 

Combinaison des 3 facteurs poids, durée espace

 - contrastes dynamiques

-  fluide ou saccadé  

-  Direct, indirect

-  vers l’exterieur (excentrique) ou vers l’interieur (concentrique)

On utilise souvent des verbes d’action tel que glisser, caresser, frapper ou des images : dans la boue, dans l’eau …

La relation entre danseurs :

Relations entre danseurs organisées en fonction du corps de l'autre perçu comme un matériau

 Relations entre danseurs organisées en fonction du temps - les rapports aux temps entre danseurs (unisson, canon, rattrapé, cascade, réponse, différent….)

 Relations entre danseurs organisées en fonction de l'espace Contact - les appuis - les tractions passives - les porters Espace - les formes de relations à l’espace

Relations entre danseurs centrés sur des rôles à tenir

L’écoute entre les danseurs

Le corps :

Utilisation intentionnelle de toutes les possibilités articulaires, musculaires et physiologiques et de leur coordination

- manifestation de la gravité - compenser, aller vers, s’opposer à la gravité - les balancers

 

  • mobilisation des segments
  • mobilisation du corps en entier
  • choix des formes en lien avec son projet

 

 

Les procédés de composition chorégraphique :

Ils sont issus des autres arts (arts plastiques, musique, littérature…)  et permettent  d'enrichir  la  composition  (renforcer  l'émotion,  créer  des  surprises…) Il ne s’agit pas de les utiliser comme « recette ». L’enjeu est d’apprendre aux élèves à les choisir et à les utiliser à bon escient, ou à les détourner, en fonction de leur projet expressif.     

 PROCEDE DE COMPOSITION DESCRIPTION Quel effet est produit ?  Quand l’introduire ? 

Unisson : Faire la même chose en même temps 

Donner de la force Insister Harmonie, cohésion, Ordre 

Canon :  Décalage régulier d’une gestuelle dans le temps 

Echo  Résonance :  Ordre, régularité, infini,  jusqu'à l'enfermement Décalage   Décalage irrégulier ou aléatoire d’une  gestuelle dans le temps 

Cascade :Succession d’actions  Succession d’entrées  Reprises gestuelles très rapprochées ou  s’accélérant 

Contraste :Opposition d’extrêmes : haut / bas, lent /  rapide, continu / saccadé, avant scène /fond de scène… 

Dualité :  Opposition  Différence  Mise en valeur  Variété 

Répétition :Répéter un geste ou une phrase (en  boucle, à droite à gauche..) à l'identique  ou en variant un des paramètres du  mouvement (espace, temps, énergie,  relation entre les danseurs) 

Accentue le propos  Donne un repère de  lecture  Renforcement,  Insistance, jusqu'au  malaise 

Question  Réponse : Alternance d'actions entre un danseur et  l'autre, entre un groupe et l'autre.  

Ecoute :  Communication

Relation, dialogue,  dispute 

Accumulation  ou addition :Rajout d'un élément : ajout successif de  mouvements / de danseurs…   EX : geste A /geste A + geste B /geste A +  geste B + geste C / Geste A+B+C+D, ...etc.  EX : sur la base d'un unisson, des danseurs  viennent rejoindre le groupe pour réaliser  la même séquence gestuelle  

Contrepoint :Mettre en valeur les danseurs (placement  dans l'espace)  EX : un danseur à l’écart du groupe 

Mise en valeur  Exclusion, différence,  distinction...    

Lâcher  rattraper Sur la base d'un unisson, un danseur (ou  un groupe) quitte le groupe pour faire  "autre chose" puis le réintègre en  rattrapant les autres là où ils en sont 

Leitmotiv :Mouvement (ou séquence gestuelle) qui  revient de façon plus ou moins régulière  sur la durée de la chorégraphie, pouvant  être modifié dans son déroulement spatio‐  temporel 

Mémoire, rappel  Ritournelle  Obsession  Insistance, jusqu'au  propos lancinant 

Crescendo / Decrescendo :Une séquence gestuelle est réalisée en  modifiant progressivement la vitesse  d'exécution: crescendo = de + en + vite /  decrescendo = de+ en + lentement 

Montée en tension,  urgence ou au contraire  sérénité 

Augmentation  / Diminution :Reprendre une gestuelle en amplifiant /  diminuant le temps, l'espace ou les deux 

Affirmation,  amplification,  extériorisation /  Hésitation, réduction,  intériorisation, retour  sur soi 

Transposition :Réaliser une phrase d'un espace à un autre  (sur le sol, dans un escalier, dans un  jardin), d'un segment à un autre (conduire  avec le genou un mouvement qui était  conduit par le coude), d'une posture à une  autre (danser debout / danser couché),  d'une énergie à une autre (saccadé/ lié) 

Inversion :Renversement de la chronologie gestuelle  (phrase reprise à l'envers)  Une même séquence est réalisée  commençant par la fin et en terminant par  le début (en "reverse", comme si on  rembobinait sur un magnétoscope) 

Retour  Regrets  Suspension du temps;  revenir vers le passé;  révéler la face cachée  des choses  Concassage  Mélanger les séquences   Varier pour surprendre   

 

La scénographie :

  • décors
  • costumes
  • lumiéres
  • accéssoirs

 

 

Vous devez aussi vous interroger sur les différents styles de danse et leurs comparaisons (cf vous devriez remplir la fiche sur les styles au regard de l’utilisation de l’espace du temps, de l’énergie et de la relation entre danseurs…. Nous en discuterons)

 

Panorama non exhaustif des styles de danses

Corps Technique Espace Musiques

Danse classique

Fortement instrumentalisé, énergie peu contrastée, reproduction de formes

Précision du vocabulaire (positions, pas de base), importance de l’en dehors et de la verticalité (élévation, légèreté)

Hiérarchisé, central, frontal et vertical. Rapport au sol peu présent.

Orchestrées, extraites du répertoire classique, écrites ou non pour la danse mais toujours en adéquation avec elle

Danse néoclassique

Formes angulaires, articulations brisées

Se distingue du classique en mettant du parallele

Un peu de relation au sol Reste très classique

Danse contemporaine

 Le corps est la matière, énergie organique (accents, élans…) formes épurées

Disponibilité corporelle, musicalité gestuelle, diversification des appuis, intérêt du poids et du centre du corps

Eclaté, diversifié, importance de la relation au sol

Styles et univers sonores variés, rapports diversifiés, autonomie musique- danse

Danse jazz

Sensuel, énergie contrastée, vitesse, amplitude

Dissociation, coordination, rapidité, mobilité du bassin

Frontal, assez symétrique, diversifications des directions et des orientations

Jazz, percussions, blues, rock.. musique structurant la danse (syncope, contre-  temps)

Danse hip- hop

 Mécanique, dynamismes saccadés et variés, formes dissociées et ondulatoires

Dissociations segmentaires, blocages (pop), acrobaties

Centré, frontal et profil, lignes Hip- hop, électro, tip- hop, rapports musique- danse étroits

Danse primitive

Libératoire, dynamismes pulsatoires (tensions et relâchements)

Mobilité et rayonnement de la colonne vertébrale, rôle fort des appuis pédestres

Importance du cercle Percussions, chants… fusion des pulsations sonores et corporelles

Danse folklorique

Communicatif, maintien du tonus de base

Dépend de la danse mais pas d’utilisation du sol (farandole…)

Traditionnelles, chants, musique médiatrice de la danse

Danse de société

Tonique, affilié à l’identité de genre, dynamismes et formes dépendant de la danse

Dépend de la danse mais importance de la rotation, des appuis, du contact avec l’autre

Dépend de la danse mais importance de l’espace du couple, pas d’utilisation du corps au sol

Valse, tango, salsa, rock… rapports dynamiques et structurels à la musique

 

 

Outil d'approche  d'une  pièce chorégraphique :

 

Danse

Contextualiser

Inducteur

Lien: histoire

 

Lien : Art-plastique

 

 

Lien Musique

 

Lien: Français

 

 

 

Lien: Audio-visuel

 

Contexte historique social, économique,

politique et artistique dans lequel l'œuvre est apparue

 

Situer l'œuvre dans le parcours de l'artiste

 

 

 

 

 

Repérer les éléments constituants de la pièce

Scénographie

 les décors (figuratif ou abstrait, volumes-couleurs-formes ...)

 

Les costumes

 

La présence ou l'absence de texte ou d'objets

 

Les éclairages, la lumière

 

Le monde sonore

 

La présence ou l'absence de non danseurs, de comédiens ou autre

 

Le nombre des danseurs, la répartition hommes-femmes, l'âge, etc

 

Le lieu où se passe la pièce: théâtre traditionnel à l'italienne, ampleur et limites de celui-ci, plateau extérieur, lieu public non spécifique

 

Repérer  les paramètres du geste dansé, les partis-pris corporels, le vocabulaire gestuel

Style, Codification gestuelle, vocabulaire connu et reconnu (classique, baroque, contemporain; jazz, hip-hop, spécifique au créateur ...)

 

Espace

(plans, amplitudes, niveaux, trajet et lignes)

 

Déplacements, immobilité, figures, sauts, chutes ...

 

Temps, musicalité

 

Énergie:

 

 Poids et appuis (relation à la gravité)

 

flux, dynamiques, initiation et circulation du mouvement

Les mouvements: Les gestes et la symbolique

 

L'interprétation (regard, présence, écoute ...)

 

 

 

 

Repérer une écriture chorégraphique:  les relations entre le différents constituants

Structuration de l'espace scénique, de l'espace danseurs/spectateurs

 

Choix de l'engagement des corps dans l'espace, des directions, des niveaux, des plans, des parcours

 

Structuration de l'espace de relation (de corps, d'espace, de temps...) entre des danseurs

 

Solos, groupe, duos ...

 

Choix de traitement du temps: temporalité de la pièce, timing, moments forts /continuité, la relation au monde sonore

 

Rapport aux autres arts

 

Règles du jeu visibles, soupçonnables de la composition

 

Structuration chorégraphique: chronologique, tableaux, séquences, phrases, hasard, acte, récurrences dans les gestes ou dans le thème, des citations (à des œuvres antérieures, à d'autres artistes) ...

 

Processus de composition ayant pu contribuer à l'élaboration de l'œuvre (en amont)

Place du Travail d'improvisation, type de procédés repérables d'une manière lisible et moins visible

 

 

 

Pratiques quotidiennes de la compagnie

 

 

 

 

Mécanismes et procédés d'écriture chorégraphique

 

 

 

 

 

             

 

Version imprimable Version imprimable | Plan du site
lelabodart@gmail.com

Email